Le Krakenarium Théâtre, vous reprendriez bien une tentacule ?

Un OVNI venu de la mer

Un OVNI venu de la mer

« L’idée du Krakenarium est de pousser la porte d’un ailleurs potentiel. Une porte implantée dans la rue, que chacun pourrait ouvrir. Notre travail théâtral s’articule autour d’univers mentaux, imaginaires. L’une des convictions de la compagnie est qu’il est essentiel de préserver la folie joyeuse, définie comme acte de résistance. Avec le Krakenarium, nous aimerions créer un médium, un pont entre la rue et la légende, un rassemblement de rêveries dont on ne distingue plus le contexte, au profit de la disparition d’une certaine réalité. » Cie Hic & Nunc.

Jacques Spadron

Kracks, personnage très sympa. Si, si.

Dans l’antre de la pieuvre, le spectateur est tout de suite chez lui : On vous installe, on vous épille, on vous souhaite la bienvenue à coup de râles de bête heureuse, mais en fait on dirait pas qu’elle est heureuse, tellement les gamins à côté de vous meuglent d’effroi. Les personnages parlent une sorte de langue étrangère aux abords rudes, mais en fait, ce n’est pas le cas du tout. Un peu comme si un japonais demandait à un allemand qui sort d’un bar, s’il n’aurait pas croisé une geisha (Oh, les clichés !). Chez le Kraken, l’atmosphère est drôle et inquiétante (pour ne pas dire très étrange). Et ça fait beaucoup de bien.

Cie Azimuts

un spectacle inhabituel et privilégié

« Oscillant entre chorégraphie, conte et musique, cet entresort* va faire voyager le public au sein d’une baraque foraine semi aquatique. Voyage à la fois furtif, poétique et inquiétant. A l’intérieur 5 personnages vont conter leur épopée de la Mer à la Terre. Au rythme effréné de cadences musicales et de numéros de casino barjo, les spectateurs seront invités sur la piste à ouvrir leurs coeurs…Il faut tout de même qu’ils soient bien accrochés avant d’entrer, les coeurs des spectateurs. » Lucile Nabonnand, photographe.

Lucile Nabonnand

La famille Calamar

Le théâtre aujourd’hui à une allure d’autrefois. Entre Carniavale, Pirates des Caraïbes, et une plongée à 20 000 lieues sous la mer, vous vous retrouverez pris au piège avec joie dans ce monde de bizarreries. Sorte de syndrome de Stockholm. Votre coeur sera la cible de ce rêve éveillé. On cherchera donc à vous le voler, pour mieux le choyer et vous le rendre ampli de choses insondables… Les costumes, le décor, plongent chacun d’entre nous dans les méandres de ce qui faisait que le monde était bien, avant. Personnellement, j’ai retrouvé en l’espace de 30 minutes, l’enfant que j’ai été à un moment donné. Rien que pour ça, merci à Scampi, Bigorneau et toute la famille Pirate.

C’est ce type de création que les festivals devraient programmer plus souvent. L’un des plus réputés et des plus actifs dans l’Est c’est bien Rues & Cie d’Epinal, qui a déjà programmé plusieurs fois la troupe en off . Cependant, ce genre de compagnie devrait à mon sens être un tantinet plus mise en avant, ce qui n’est malheureusement pas le cas. Les compagnies lorraines sont quelque peu laisées au profit d’un tas de clowns navrants, d’acrobates seducteurs et de pièces qui sentent le réchauffé, certaines étant carrément abrutissantes. Il n’y a qu’à voir la programmation de cette année… à bon entendeur…

Sans transition, les articles de presse (certes, locale) sont élogieusement poétiques et ont le jeu de mot facile pour pousser à la curiosité :

« Une troupe qui monte de toute pièce et à chaque représentation un théâtre en bois éphémère qui disparaît à la fin de la journée, tel le Kraken (pieuvre géante, ndlr) qui s’évanouit dans les flots après avoir médusé le public. A Gérardmer (…) la « bête » fera son apparition et vous attendra nombreux et nombreuses. Rentrez dans l’arène de cet OVNI théâtrale et abyssal, laissez-vous absorber pas les histoires », annonce le site de la ville de Gérardmer.

Aaaaah, le bonheur d’écrire une critique… Espérons pour la pièce qu’elle déambulera loin, car ça a le mérite d’être vu, vécu par tous. Pour en savoir plus sur les prochaines dates, n’hésitez pas à harceler la compagnie ici : Site Hic & Nunc

Toute l’atmosphère de l’entre terre et mer est là :

(Notez que Johnny Depp himself est venu assister à la représentation – 0:45)

*Entresort : genre de spectacle forain dont la forme est contenue dans le nom. Effectivement, le spectateur entre par une porte et sort par une autre.

Publicités

À propos de La Redaction

Diffuseur d'idées

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :